Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Disgaea D2 : Et 5 qui font Dis

22 Août 2014 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Critiques de jeu

Disgaea D2 : Et 5 qui font Dis

Avec Disgaea D2 (D pour Dimension), Nippon Ichi donne une suite directe au séminal Disgaea : Hour of Darkness, un Tactical RPG qui vient de fêter ses 10 ans. Dans Disgaea, Le jeune démon Laharl était devenu l'Overlord (le Seigneur Suprême) du Netherworld (le monde des Démons) après avoir déjoué une conspiration visant à déclencher une guerre entre le Netherworld, Celestia (le monde des anges) et la Terre. Laharl est toujours entouré de Flonne (un Ange chargé de l'assassiner, mais qui l'avait rallié et qui a été transformée en Ange déchu pour la peine) et d'Etna (une conseillère qui travaillait pour le père de Laharl, qui l'avait recueillie dès sa prime jeunesse). Laharl doit faire face à de nouveaux périls remettant en cause son autorité et le Netherworld.

Disgaea D2 : Et 5 qui font Dis

Si dans son système de jeu, Disgaea D2 reprend les grandes lignes des épisodes précédents, c'est aussi une tentative pour simplifier un peu les mécanismes. Le jeu conserve bien sûr toute sa richesse, mais certaines nouveautés permettent de faciliter un peu le jeu : présence d'un Cheat Shop (permettant de modifier les paramètres, comme le gain d'expérience, de Mana, d'argent, ...), promotion des unités (plutôt que de devoir les réincarner pour pouvoir jouir des avantages des classes supérieures), possibilité de lancer en diagonale, inventaire toujours accessible et la possibilité même en cas de Game Over de conserver l'expérience acquise (principe repris du remake de Disgaea 3 sur Vita).

Le Weapon Mastery refait son apparition (ce qui est à mon avis un très bon point) et le Magichange cède sa place au système de Monture.

Sans parler de casualisation, le jeu m'a semblé un peu plus facile et accessible que les précédents (à part le boss final qui est plus ardu).

Au niveau de la réalisation, c'est le même topo que le 4 : des sprites en HD mignons mais peu détaillés, des cartes vides (et qui sont recyclées plusieurs fois dans le jeu, quand ce ne sont pas des copier-coller du premier épisode). De même, la musique reprend de nombreux thèmes de Disgaea premier du nom, l'occasion de constater que le compositeur attitré de la série, Tenpei Sato, est définitivement en pilotage automatique.

Disgaea D2 : Et 5 qui font Dis

Par contre, au niveau histoire, l'accessibilité n'est pas de mise, car ceux qui n'auraient pas joué à l'épisode précédent seront complètement largués. On reprend l'histoire peu de temps après Disgaea premier du nom. D'ailleurs, les premiers chapitres reprennent la même trame (notamment les 2 et 3, respectivement une course-poursuite dans la neige et le pillage d'un château). Par la suite, je regrette que l'histoire ne prenne pas vraiment d'ampleur et que le boss de fin arrive un peu abruptement. L'histoire manque cruellement d'un antagoniste comique à la Mid-Boss ou Axel. Le jeu souffre de la tare sur les suites tardives : le retcon (je ne spoilerais pas mais disons que certaines révélations contredisent des éléments de background établis dans le premier épisode) et le sentiment qu'une suite ne s'imposait pas vraiment.

L'histoire se boucle en une trentaine d'heures, comme c'est le cas sur les autres épisodes de la saga, mais offre un contenu post-générique de fin très long (sans compter le traditionnel "level grinding" des personnages et des Items, au travers d'un Item World légèrement remanié). Cependant, le jeu a également été accompagné de nombreux DLC dès sa sortie, ce qui a fait grincer bien des dents, d'autant qu'il ne s'agit pour l'instant que de recruter des personnages supplémentaires (à l'exemple du reste de la série) et pas d'un scénario supplémentaire. Gageons qu'à l'instar des 3 et 4, un éventuel portage Vita incluera d'office tous ces DLC.

Disgaea D2 : Et 5 qui font Dis

Disgaea D2 est clairement un jeu pour les fans, un Tactical extrêmement bien fichu, affinant son gameplay qui est à la fois très accessible et très fouillé, mais qui n'apporte pas grand chose. Un jeu qui surfe avec ingéniosité sur la vague de la nostalgie, pour une série qui doit réussir à évoluer sans perdre son âme.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article