Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Batman : L'An Zéro partie II

27 Mars 2015 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics, #Urban, #DC Comics, #Batman

Batman  : L'An Zéro partie II

Scott Snyder continue sa relecture des origines de Batman dans ce tome volumineux, comprenant les 2 derniers arcs narratifs (étroitement liés entre eux) de l'An Zéro.

Dans la première partie, Bruce Wayne, à peine revenu à Gotham, avait eu fort à faire avec le gang du Red Hood et la déliquescence de la police de Gotham.

Ici, bien qu'il soit conforté dans le bienfait de son combat et la réussite de sa persona héroïque, Batman doit faire face des meurtres horribles touchant des scientifiques de Wayne Enterprises. Mais derrière la menace -réactualisation du premier ennemi rencontré par Batman lors de sa première apparition-, un autre semble tirer les ficelles -un personnage qui rôde depuis les débuts de l'An Zéro sans que Batman ne s'en rende compte-. La dernière partie de ce tome voit Gotham retourner à l'état sauvage et sous la coupe de cet ennemi dans l'ombre.

Ces épisodes poursuivent le travail sur la psychologie de Bruce Wayne, et apportent un angle inédit aux relations entre Bruce et le commissaire Gordon. On est loin de l'alliance rapide et sans ambiguités de Batman Année Un.

Scott Snyder remet tout à plat, donne une version "grand spectacle" des origines de Batman. Cette démarche ne laisse pas indifférent, mais dans l'ensemble c'est plutôt bien vu. Seul l'avenir dira si ces nouvelles origines feront date d'un point de vue éditorial et public. Seul bémol, une fois de plus avec Snyder, la fin est particulièrement bâclée.

Lire la suite

Silver Surfer 1 : Une aube nouvelle

25 Mars 2015 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics, #Panini, #Marvel

Silver Surfer 1 : Une aube nouvelle

Le Silver Surfer (ou Surfer d'Argent dans les premiers temps de la VF) est un personnage créé par Stan Lee et Jack Kirby dans les pages de Fantastic Four. A l'origine un astronome sur une planète habitée par des extraterrestres étonnament humanoïdes, Norrin Radd n'a d'autre choix que de devenir le héraut du Dévoreur de Planètes Galactus, il gagne au passage des pouvoirs cosmiques et une peau argentée qui lui permet de survivre dans l'espace. Naviguant sur son surf, le Surfer essaie de trouver des planètes inhabitées pour satisfaire l'appétit de son maître. Arrivé aux alentours de la Terre, il ne tarde pas à trahir son maître et à rallier les Fantastiques. Pour le punir, son maître lui enlève la possibilité de quitter l'atmosphère terrestre.

Par la suite, le personnage a atteint un statut culte envié, un philosophe tentant de percer le secret de la nature humaine et de soigner ses peines de coeur en promenant son vague à l'âme dans les cieux infinis.

Silver Surfer a droit à une énième série dans le cadre de Marvel Now, mais cette fois cela pourrait être la première série à remporter l'adhésion du lectorat.

Le Surfer est chargé par l'extraterrestre Zed l'Incrédule de sauver l'Imperion, merveille des merveilles cosmiques. Pour le motiver, Zed a enlevé la personne qui lui est la plus chère : la Terrienne Dawn Greenwood. Problème : les 2 personnages ne se connaissent pas ! Au terme du premier arc, les 2 personnages vont essayer d'apprendre l'un de l'autre.

Cette série est très rafraîchissante sans être niaise, grâce à l'histoire bourrée d'humour et d'émotion de Dan Slott (scénariste en charge de Spider-Man depuis des années) avec le dessin en apparence simple mais plein de vie de Mike Allred (le dessinateur des fabuleux X-Force et X-Statix de Milligan, mais très difficiles d'accès en France aujourd'hui).

Encore une nouvelle série sans prétention mais originale de Marvel, avec qui je me réconcilie depuis ce début d'année.

Lire la suite

Injustice : Année 1 [MàJ 18/03/15]

19 Mars 2015 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics, #Urban, #DC Comics

Injustice : Année 1 [MàJ 18/03/15]

Injustice : Les Dieux sont parmi nous est un jeu de combat sorti sur de nombreuses plateformes l'année dernière (voire cette année pour les nouvelles consoles). Il a été développé par l'équipe qui a relancé avec succès la saga Mortal Kombat. Le jeu est sympathique à jouer, mais son principal intérêt était son mode Scénario reposant sur une idée simple : et si Superman, poussé à bout par le Joker, faisait ce que Batman n'avait jamais fait, et établissait ensuite une dictature ? Après une séquence d'introduction narrant l’événement qui a donné naissance à cette situation, le mode Histoire montrait comment les personnages de l'univers traditionnel de DC étaient amenés à se confronter à ce monde dystopique et ses héros pervertis. Le jeu a été accompagné d'un comic numérique qui a remporté un succès inattendu.

Le titre, découpé en épisodes de 8 pages, relate les 5 années qui amènent au jeu. Le scénariste a les coudées franches dans cet univers alternatif, et multiplie les rebondissements chocs et les morts (impossibles dans l'univers classique). On suit le glissement progressif de Superman dans la tyrannie et la guerre civile qui se met en place chez les super-héros.

Il y a bien quelques facilités (beaucoup de héros suivent aveuglément Superman) et le dessin est assez inégal, mais c'est un titre agréable, dont la suite sort déjà fin janvier.

Injustice : Année 1 [MàJ 18/03/15]

Cette deuxième partie de la première année enfonce définitivement Superman dans le côté obscur. Dans sa volonté de régenter le monde, il multiplie les exactions et le nombre de morts parmi les héros de DC s'accumulent. La contre-attaque contre Superman s'organise cependant autour de Batman. La fin de ce tome, et de la première année, donne d'ailleurs une variation du combat entre les 2 héros, sauf que dans ce cas, les conséquences sont irréversibles.

Reste à espérer que la deuxième année maintiendra l'intérêt car cette première année a déjà bousculé pas mal de choses dans l'univers DC alternatif.

Lire la suite

Batman Eternal 1

18 Mars 2015 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics, #Urban, #DC Comics, #Batman

Batman Eternal 1

A l'occasion des 75 ans de Batman, DC a lancé une série hebdomadaire de 52 numéros l'année dernière intitulée Batman Eternal. DC est coutumier de ces maxi-séries sortant sur une année (52 est après tout un chiffre très symbolique chez l'éditeur) avec des fortunes variées. Urban a fait le pari de sortir la série en 5 albums librairie. Le premier est le plus gros et comporte les 13 premiers épisodes.

Cette série Batman est basée sur une histoire par l'incontournable Scott Snyder et son "disciple" James Tynion IV, épaulés au scénario de chaque épisode par des scénaristes rôdés comme John Layman ou Ray Fawkes, entre autres. Le dessin est assuré par une ribambelle de dessinateurs aux styles très variés (introduisant une rupture visuelle parfois déconcertante).

La première page saisissante voit Batman démasqué, crucifié sur le Bat signal alors que sa ville est en flammes et qu'un ennemi le nargue. Retour dans le passé : l'histoire commence alors que le commissaire Gordon commet une bavure lors de l'arrestation d'un suspect et provoque une tragédie coûtant la vie à des centaines de Gothamites. Hasard ou coïncidence, Carmine "Le Romain" Falcone, ancien parrain de la mafia, revient à Gotham et déclare la "guerre aux monstres", y compris à Batman. Ce dernier ne peut plus compter sur le soutien de Gordon, remplacé à la tête de la police par un officier hostile et aux ordres de Falcone.

De nombreuses intrigues se croisent dans ces premiers épisodes (l'enquête sur la "bavure" de Gordon, la guerre des gangs, le retour de Falcone, ...) et de nombreux personnages ou concepts issus de la continuité pré New 52 sont réintroduits (Stephanie Brown, "Le Romain" qui vient des séries de Loeb / Sale, ...). La lecture n'est pas déplaisante, même si elle se jugera sur la durée.

Lire la suite

Garth Ennis présente Hellblazer 1

3 Mars 2015 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics, #Urban, #Vertigo

Garth Ennis présente Hellblazer 1

Urban exhume un nouveau joyau du label Vertigo et inaugure le pendant pour ce label de la collection DC Signatures avec Hellblazer par Garth Ennis.

Le héros de Hellblazer est John Constantine, créé par Alan Moore dans Swamp Thing. Ce détective de l'occulte, sosie de Sting à ses débuts, a droit à sa propre série à partir de 1988. Garth Ennis reprend la série à partir de l'épisode 41. La série Hellblazer est un pilier du label Vertigo, ce fut la plus longue série du label, et qui ne s'est arrêtée qu'à l'occasion des New 52 (réintégrant Constantine dans l'univers DC) et c'est un numéro de 1993 qui fut le premier à sortir officiellement sous ce label.

Même si ce premier recueil (sur 3) commence à l'épisode 41 de la série, le lecteur n'est pas trop perdu. Les allusions aux runs précédents sont assez minimes, et surtout Ennis commence par une nouvelle fracassante : les excès de John (qui ne lésine pas sur les clopes et l'alcool) lui ont donné un cancer très avancé ! Lors du premier arc, Constantine essaie d 'échapper à son dessein mortel. Disons qu'être versé dans l'occulte offre des perspectives aussi inattendues qu'imprévisibles. Le ton est donné dès les premières pages : Constantine est grossier, cynique à l'extrême (mais vu le contexte dans lequel il évolue, c'est compréhensible) et ses péripéties ne lésineront pas sur l'horreur et la violence graphique. Le personnage reste cependant très attachant et fait (le plus souvent) les bons choix. Même si je n'ai vu ni le film ni la série télévisée, je doute qu'ils aient réussi à retranscrire toute la complexité du personnage.

L'autre gros arc de cet épisode met Constantine face à la perversité des élites anglaises, et apporte sa contribution à la plus célèbre affaire criminelle de l'Angleterre victorienne. Ames sensibles s'abstenir !

Au niveau visuel, c'est un peu la douche froide, cependant. Le dessin est extrêmement irrégulier, bien qu'il n'y ait que 3 auteurs. Le dessinateur de la majorité des épisodes, Will Simpson, a bien du mal à faire les mêmes visages d'une case à l'autre. La colorisation est assez datée et le découpage très classique. Steve Dillon (qui fera Preacher avec Ennis quelques années plus tard) est assez décevant, et c'est au final David Lloyd (V pour Vendetta) qui s'en tire le mieux.

Une lecture intéressante, même si à l'instar de Preacher, il faut avoir le coeur bien accroché face aux horreurs représentées et au langage peu châtié.

Lire la suite

Black Science 1

2 Mars 2015 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics, #Urban, #Indies

Black Science 1

Grant McKay est un génie scientifique qui a créé le Pilier, une invention permettant de voyager entre les dimensions. Mais lors de sa première utilisation, le Pilier est victime d'un sabotage, projetant Grant et son équipe dans une dimension hostile. Une seule solution : passer de dimension en dimension en espérant retourner dans la dimension d'origine ...

Black Science est la nouvelle série creator owned de Rick Remender, un scénariste que je ne connais pratiquement pas vu que je n'ai jamais lu son premier titre notable, Fear Agent, et qu'il n'a travaillé que pour Marvel, alors que je ne lis presque plus rien chez cet éditeur. Rick Remender renoue ici avec la science-fiction de Fear Agent.

La narration est assez déconcertante : on est plongé tout de suite dans la situation périlleuse où se trouve McKay. Très vite, une de ses partenaires dont on connaît à peine le nom tombe sous les coups des créatures agressives qui les pourchassent. Il faut attendre les épisodes suivants de ce premier arc pour connaître les circonstances de l'histoire et les différents partenaires d'infortune de McKay. On en apprend ainsi beaucoup sur des personnages particulièrement contrastés. McKay lui-même n'est pas un scientifique sans reproches.

L'histoire est intéressante même si les nombreux flashbacks pourront déconcerter. Mais s'il y a un point sur lequel le titre est inattaquable, c'est sur sa partie visuelle. Le dessin est assuré par l'Italien Matteo Scalera, un compère traditionnel de Remender. Son coup de crayon donne naissance aux idées les plus folles du scénariste. La mise en couleur de Dean White est somptueuse, donnant un cachet supplémentaire à des mondes stupéfiants.

Gros coup de coeur pour cette série, dont le premier volume est actuellement disponible à 10€.

Lire la suite