Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Articles avec #actu jv tag

[Bilan 2014] Mon année vidéoludique

28 Décembre 2014 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV, #Critiques de jeu

L'année 2014 se termine et je me rends compte que j'ai beaucoup moins joué cette année que les années précédentes. Ce n'est pas forcément dû à des sorties plus rares, même si c'est vrai que mon support de prédilection, la PS3, a accueilli moins de jeux, en tout cas conçus directement pour la machine (voire la génération de consoles appelée désormais old gen). Sur consoles portables, j'ai essentiellement joué à la Vita. Je n'ai d'ailleurs pratiquement pas allumé ma 3DS des vacances d'été ! Une année marquée également par des remakes et portages de bonne qualité.

Sans plus attendre, mon top 5, les jeux que je n'ai pas eu le temps d'approfondir et les déceptions.

[Bilan 2014] Mon année vidéoludique

Le top 5

Je l'attendais avec beaucoup d'impatience et je n'ai pas été déçu par Souh Park : le Bâton de la Vérité. C'est une véritable ode à la série doublée d'un RPG honorable. Seuls défauts : sa trop grande facilité et sa durée de vie un peu décevante

En 2ème position je retiens le très bon remake Vita de l'excellent Disgaea 4 (sorti à l'origine sur PS3). Les efforts faits sur les graphismes éclatent encore plus sur l'écran de la portable de Sony, et le jeu a entièrement été localisé en français. Une initiative à saluer.

En 3ème position, encore un jeu Vita, encore un remake (mais d'un jeu sorti sur PSP uniquement au Japon) pour DanganRonpa. Un Visual Novel déjanté et survolté, suivi 6 mois plus tard d'une suite (vendu avec le premier épisode au Japon) au moins aussi bonne.

En 4ème position, coup de coeur pour le jeu Jojo's Bizarre Adventure All Star Battle, qui fait honneur au manga culte de Hirohiko Araki.

Enfin, le top 5 est complété par le DLC Tombeau Sous-Marin partie 2 de Bioshock Infinite qui clôt la première "trilogie" de cette saga fabuleuse.

[Bilan 2014] Mon année vidéoludique

Autres jeux marquants

Dans les autres jeux marquants de l'année, je retiens avant tout Soldats Inconnus, un jeu qui s'ancre parfaitement dans les commémorations de la Première Guerre Mondiale, intéressant à jouer et qui a adopté un ton juste et pédagogique.

Les saisons de the Walking Dead et Wolf Among Us de Telltale se sont bien terminées, après des épisodes intermédiaires courts et parfois frustrants. Les premiers épisodes de Game of Thrones et Tales from the Borderlands sont haletants.

Parmi les jeux que je n'ai pas pu creuser mais qui ont réussi à m'accrocher quelques heures (en attendant d'avoir le temps d'y replonger), je retiens Rogue Legacy, Don't Starve et Binding of Isaac Rebirth sur Vita ainsi que Shin Megami Tensei IV, Persona Q et Etrian Odyssey Retold sur 3DS.

En séance de rattrapage, j'ai fini Tomb Raider et Resident Evil 6 sur PS3. Malgré une troisième tentative depuis la sortie du jeu, j'ai tenté de finir Dragon Quest VI sur DS.

Au niveau des portages / remakes, mes dernières semaines ont été occupées à (commencer à) refaire Kingdom Hearts 2.5 HD Remix (PS3), Final Fantasy X (PS3/Vita) et Ace Attorney Trilogy (3DS)

[Bilan 2014] Mon année vidéoludique

Déceptions

Je n'ai pas fait de jeux véritablement pourris cette année, seulement des jeux paresseux, manquant d'ambition ou gâchés par des défauts rédhibitoires.

Drakengard 3 est un jeu que j'aurais voulu aimé, à l'instar d'un Nier. Hélas, le jeu souffre de grosses lacunes techniques qui montrent un manque de finition avéré, et d'un boss final qui ne semble avoir été créé que pour dégoûter les joueurs assez passionnés pour aller jusqu'au bout de l'aventure.

Layton vs Phoenix Wright n'est pas un mauvais jeu, mais la rencontre entre les 2 licences débouche sur un jeu mineur ne faisant honneur à aucune des 2 séries.

Child of Light est un exercice de style intéressant (les Occidentaux rendent hommage aux J-RPG de l'âge d'or) mais ne va pas au delà.

Tales of Xillia 2 sent le "copier-coller" facile du premier, avec un début en fanfare mais une suite qui s'essouffle (sans parler des incohérences comme le gars poursuivi par toutes les forces de l'ordre dans le scénario principal et qui se balade en pleine ville pour chercher son chat dans les quêtes secondaires)

Enfin pour les jeux sortis cette année, Murdered Soul Suspect est un jeu qui aurait pu être bien meilleur avec plus d'ambition et/ou de moyens.

En "session de rattrapage", Beyond Two Souls a confirmé pour moi mes mauvaises impressions de départ. David Cage montre toutes les limites de sa vision du jeu d'auteur, avec sa mauvaise histoire de science-fiction et son gameplay inexistant.

Et en 2015 ?

Je vais sans doute passer à la PS4, avec la sortie de jeux qui m'intéressent vraiment comme Disgaea 5, Persona 5 (également prévu sur PS3) et Final Fantasy XV.

Lire la suite

Un (nouveau) tour d'horizon de la presse vidéoludique

25 Juillet 2014 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV

Les vacances et l'arrivée de nouveaux titres dans la presse jeu vidéo m'ont incité à refaire un article sur le sujet, après des articles sur JV le Mag et Games.

Ces magazines se sont imposés comme des alternatives crédibles à Canard PC, plus en forme que jamais.

J'ai fait l'impasse sur Gen 4, car le prix prohibitif est rédhibitoire, d'autant que les maigres retours des lecteurs sont catastrophiques.

Un (nouveau) tour d'horizon de la presse vidéoludique

The Game est un magazine lancé par Link Digital Spirit, la boîte derrière la reprise de Jeux Vidéo Magazine. La revue est destinée aux trentenaires, contrairement à l'orientation très grand public de Jeux Vidéo Magazine. La cible est la même que celle de JV.

L'équipe est hétéroclite, et rassemble d'illustres journalistes, que ce soit dans la rédaction comme pour des tribunes (dont les contributeurs tourneront).. Le numéro revient en grande partie sur l'E3, avec des zooms sur plusieurs titres. Il y a également des dossiers sur Zelda A Link to the Past et Bioshock, un focus de 15 pages sur Assassin's Creed et les incontournables critiques (notées sur 10).

Commençons par les points forts : la maquette est très jolie, le papier de bonne qualité et le rapport nombre de pages / prix très compétitif. C'est un magazine qui dans sa forme est très agréable à lire (la mise en page n'est pas uniforme, il y a pas mal d'infographie et le ratio image / texte convenable).

C'est sur le fond que le bat blesse : en dehors des tribunes qui n'ont pas manqué de faire couler de l'encre (notamment celle de Jay), le contenu est très conformiste et le propos très (trop) policé : les critiques sont plutôt consensuelles et il n'y a pas de grosse prise de risque sur le choix des thèmes abordés. Très peu de place est faite à l'indé (à l'exception d'Ori & the Black Forest et de No Man's Sky qui ont tout de la "caution indé" comme Journey ou Braid en leur temps) et ce sont les grosses productions qui sont mises à l'honneur. Les 15 pages sur Assassin's Creed Unity donnent le sentiment désagréable d'être du publi-rédactionnel. A en croire l'auteur du dossier, cet épisode va tout révolutionner après des épisodes décevants (air connu ; chaque année, le nouvel épisode d'Assassin's Creed va tout changer avant d'être désavoué l'année suivante par les mêmes journalistes). Le background d'Assassin's Creed Unity, les articles sur Bioshock et Zelda 3 sont les formes condensées en articles de livres (dont la promo est faite ainsi gracieusement !).

J'achèterai sans doute le numéro 2 pour voir le contenu du magazine en dehors du contexte de l'E3 et parce que Games a montré qu'un magazine peut s'améliorer après un premier numéro décevant, mais en l'état actuel, l'objectif (officieux) de torpiller JV le Mag est loin d'être accompli.

Un (nouveau) tour d'horizon de la presse vidéoludique

Je serais plus rapide sur Jeux Vidéo News Magazine. Issu du même éditeur que Videogamer, je me demandais l'intérêt de sortir un magazine qui semble partager la même ligne éditoriale. En fait, le magazine s'adresse à un public très jeune, avec un parti pris très années 90 dans l'esprit : les rédacteurs sont sous pseudos ... et les notes sont sur 100 !

Et dans les faits, c'est un premier numéro calamiteux, au ton extrêmement puéril (il ne manque que les gros mots et les expressions familières qui étaient la marque de fabrique des journaux de l'époque !), et avec le contenu consternant de conformisme (un comparatif FIFA / PES, 6 pages sur le prochain Call of Duty). La couverture chargée donne le ton : les gros titres à venir, mais qui à l'intérieur sont cantonnés à quelques lignes (il est vrai que ces titres n'ont eu que des trailers à proposer à l'E3, auquel il n'est même pas fait allusion). Derniers clous sur le cercueil, le magazine annonce fièrement la présence de 6 posters (comme dans les années 90) et un concours pour gagner un scooter. De manière troublante, il semblerait que la première page Facebook du magazine ait été "malencontreusement" effacée, faisant disparaître du coup les commentaires négatifs sur une revue véritablement inutile. Il faut croire que la presse vidéoludique est un nouvel eldorado vu le lancement de ce titre qui rentre en concurrence directe avec l'autre magazine de Nickel Media, lui aussi sur une ligne ultra généraliste (le numéro d'été qui vient de sortir est un spécial FPS !).

Un (nouveau) tour d'horizon de la presse vidéoludique
Un (nouveau) tour d'horizon de la presse vidéoludiqueUn (nouveau) tour d'horizon de la presse vidéoludique

Petit retour sur les 3 magazines plus anciens, qui restent de bonnes qualités et réussissent à donner une couverture de l'E3 qui évite l'énumération. JV le Mag insiste sur des tendances, Games sur les indés et Canard PC fait des reviews toujours aussi agréables à lire en classant les jeux par genres.

En ce qui me concerne ces 3 magazines se complètement parfaitement et restent de bonnes lectures.

Quant à Role Playing Game Magazine dont je déplorais la dégringolade qualitative et la périodicité erratique, j'ai décidé d'arrêter les frais, d'autant que l'équipe historique a jeté l'éponge (et ne s'est pas occupée du dernier numéro en date, le 44, apparemment d'une qualité désastreuse).

Difficile de croire que tous ces magazines vont survivre. J'espère seulement que JV le Mag et Games ne souffriront pas de la concurrence (déloyale ?) de the Game.

Lire la suite

Retour sur la PSP

3 Juin 2014 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV

Alors que Sony vient d'annoncer la fin de la distribution de la PSP au Japon, sa terre de prédilection, j'ai décidé de revenir sur cette console que j'ai beaucoup appréciée.

Retour sur la PSP

Déjà propriétaire d'une DS dès sa sortie (et troquée contre le modèle Lite dès sa disponibilité), j'ai décidé de sauter le pas et d'acheter la Playstation Portable en 2007, modèle 3000 coloris Silver, à l'occasion de mon anniversaire, et afin de jouer à Valkyrie Profile Lenneth et surtout Final Fantasy Tactics (sous-titré War of the Lions pour ce portage).

Si j'y ai joué moins que sur DS, j'ai quand même passé de très bons moments sur cette console, que je n'ai pas abandonné quand j'ai acheté la 3DS. Passage en revue de mes jeux préférés.

Remakes / portages

Paradoxe de cette console, j'ai surtout joué à des remakes ou portages, parfois de jeux que j'avais fait sur PS2.

Retour sur la PSPRetour sur la PSP

J'ai refait les 2 premiers Disgaea dans des versions plus jolies que sur PS2 (grâce à l'écran plus petit et de qualité), et avec des bonus sympathiques (des scénarios alternatifs notamment).

Le premier en particulier reste un must dans le genre Tactical.

Retour sur la PSP

Que donne l'adaptation d'un des meilleurs RPG de la PS2 (seulement dépassé par sa suite et quelques autres titres) ? Un RPG captivant qui vous scotchera des heures et des heures.

Retour sur la PSP

Final Fantasy Tactics n'est pas un bon portage : il souffre de ralentissements honteux sur une console bien plus puissante que la PS One d'origine. Reste un excellent Tactical RPG avec une des meilleures histoires jamais écrites.

Retour sur la PSP

Le père spirituel du titre précédent, Tactics Ogre, est au contraire l'exemple à suivre en matière de remake : une technique complètement remise au goût du jour et une amélioration du gameplay. Le jeu est très dense, avec une histoire complexe aux multiples embranchements.

J'ajouterai également le très joli remake de Final Fantasy IV, rassemblant également les épisodes Les Années Suivantes.

Spin-offs

La console a également accueilli des épisodes annexes de séries phares de consoles de salon. Ils souffrent parfois d'une qualité moindre que les épisodes principaux ou d'une durée de vie plus courte.

Retour sur la PSP

Kingdom Hearts : Birth by Sleep est l'un des rares, sinon le seul jeu de la console, qui aurait tout à fait eu sa place sur console de salon : une réalisation digne de la PS2, une durée de vie conséquente, un gameplay parfaitement adapté. De très loin le meilleur jeu de la licence en dehors des 2 épisodes principaux (même si le futur épisode 3DS pourrait bien lui ravir le titre). J'ai très hâte de refaire le jeu dans la compilation PS3 Kingdom Hearts 2.5 Remix.

Retour sur la PSPRetour sur la PSP

Même s'ils font pâle figure à côté des épisodes PS2, les 2 Ratchet & Clank restent de très bons jeux, notamment Secret Agent Clank avec un scénario bourré d'humour et de phases de gameplay très variées, même si parfois bancales.

Retour sur la PSPRetour sur la PSP

D'un point de vue technique, les 2 God of War sont dans le haut du panier pour la console. Reste des titres malheureusement trop courts et souffrant d'une histoire un peu tirée par les cheveux.

Je n'ai pas trop accroché aux 2 épisodes de Dissidia ni à Crisis Core, mais il s'agit de spin-offs de très bonne tenue technique.

Jeux originaux

Retour sur la PSPRetour sur la PSP

La console n'a pas trop brillé par ses licences originales, mais Patapon et Locoroco restent 2 séries très intéressantes et pour l'instant exclusives à la PSP. Je rajouterai également 2 exclusivités de la console, le D-RPG Zettai Hero Project par Nippon Ichi et le Tactical Jeanne d'Arc (jamais sorti en Europe, mais la console n'est pas zonée).

La console vaut-elle encore le coup aujourd'hui ?

Assurément oui. La majorité des jeux que j'ai présenté sont disponibles en collection Budget à 9,99 €. Le dernier modèle de console en date, la PSP Street, n'a certes pas le WiFi, mais coûte seulement 79€ nue (et une centaine d'euros pour un pack avec 2 jeux). Le PSP Store, malgré son contenu famélique, possède son lot de petites pépites, telles que Corpse Party, Phantom Brave ou des épisodes de la série d'Action RPG Ys. Il ne faut évidemment pas oublier les classiques PS One disponibles sur le PS Store (entre autres les Final Fantasy, d'ailleurs tous disponibles et au prix des versions PS One en anglais et émaillées de chargements pour FF V et VI)

La PSP, c'est un peu le verre à moitié plein : une console qui a très bien marché mais qui s'est heurtée au rouleau compresseur DS, de très bons jeux noyés dans une masse de versions au rabais de jeux de consoles de salon, une dimension multimédia qui a tourné court (le fiasco des UMD, le service de comics qui n'a jamais ouvert en France).

Lire la suite

[Bilan 2013] Le bilan d'une année vidéoludique

21 Décembre 2013 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV

Encore une grande année en termes de jeu vidéo. Une fois n'est pas coutume, j'ai essentiellement fait des jeux sortis cette année. La 3DS est ma console de l'année : bien qu'elle ne se soit réveillée qu'en avril avec Fire Emblem Awakening, elle a par la suite enchaîner les hits, au point que je n'ai pas pu faire certains jeux encore (le dernier Layton, Bravely Default -qui attend sous le sapin) ou pas eu le temps de les finir (Pokémon Y, Mario & Luigi Dream Team).

Pour autant, la Vita a également montré tout son potentiel, entre remakes fabuleux (Persona 4 Golden), portages de jeux indés PC (Hotline Miami, Lone Survivor), déclinaisons de jeux PS3 (Dragon's Crown, Sly 4) et productions originales (Tearaway, Soul Sacrifice). Là aussi je n'ai pas eu le temps de de faire tous les jeux que j'aurais voulu, à plus forte raison avec les jeux offerts par le biais de Playstation Plus.

Je n'ai pas eu le temps de souffler non plus sur PS3, même si j'ai atteint un petit équilibre en pouvant me pencher sur certains jeux des années précédentes depuis quelques semaines. En cette fin de génération, la console a brillé de mille feux, entre Bioshock Infinite et The Last of Us. Le genre du J-RPG a repris quelques couleurs avec Ni no Kuni et Tales of Xillia. Faute de temps et d'argent, j'ai cependant laissé passer quelques jeux intéressants, comme Tomb Raider et GTA V, mais je vais peut-être pouvoir me rattraper l'année prochaine, qui sera plus calme niveau sorties. 2014 s'annonce cependant prometteuse avec les nouveaux épisodes de Wolf Among Us et The Walking Dead saison 2, qui ont commencé très fort.

Sans plus attendre, le top 10 de l'année ! Chaque jeu sera agrémenté d'un morceau tiré de l'OST. Pour des avis plus étayés je vous renvoie aux différentes critiques sur le blog.

10. J'ai attendu la sortie sur Vita pour jouer à Hotline Miami. J'y ai assez peu joué, mais assez pour me faire une opinion sur ce jeu à l'ambiance hypnotique, au gameplay ultra arcade, exigeant sans être punitif.

Le choix a été très difficile mais j'ai décidé de mettre le morceau illustrant le trailer de lancement du jeu (et qui se déclenche aussi durant le générique de fin apparemment). Il s'agit du morceau Vengeance que l'on doit à Perturbator.

9. J'avoue que je n'attendais pas particulièrement le 4ème épisode d'Assassin's Creed après un troisième épisode aussi inégal. En fin de compte, Assassin's Creed IV : Black Flag est une très bonne surprise. Le coeur même du jeu suit la formule complètement rincée des autres épisodes, mais le contenu annexe est dantesque et les phases dans le présent sont une mise en abyme déconcertante d'Ubisoft. Un jeu déstabilisant, séduisant, mais qui montre que la série doit vraiment se réformer. La contre-performance commerciale du jeu et le passage à une nouvelle génération peuvent être l'occasion d'une refondation de la saga.

Le travail sur l'ambiance est assez fabuleux sur cet épisode, avec la présence de chants de marins accompagnant les nombreux voyages en mer.

8. Dans d'autres circonstances, Ni no Kuni aurait été un bon J-RPG sans plus. Mais vu l'état du genre sur consoles de salon, il s'impose comme une bonne surprise. Certes, le jeu n'est pas exempt de défauts (une histoire vraiment au ras des pâquerettes, un dernier tiers très poussif, des combats mous du genou) mais la partie artistique est tout bonnement somptueuse : le chara design de Ghibli et les musiques de Joe Hisaishi. Une merveille pour les sens !

Choix encore une fois cornélien. J'ai joué la sécurité avec le thème de la carte

7. Tearaway est un coup de coeur de cette fin d'année, une exclusivité Vita à la direction artistique somptueuse, et dont le seul défaut est une durée de vie trop courte.

Ma sélection est un morceau illustrant le "pélerinage" de Iota vers le Soleil, une épopée marquée par une OST aux accents souvent tribaux et folkloriques

6. J'ai été très sceptique au début de Tales of Xillia, mais le jeu décolle vraiment à la moitié de l'histoire. Au final, un bon RPG, mais qui a l'instar de Ni no Kuni, jouit surtout d'une concurrence inexistante.

J'ai eu par contre beaucoup de mal à faire un choix pour ce jeu, car l'OST est très inégale, assez décevante pour du Motoi Sakuraba. J'ai cependant trouvé certains thèmes de combat réussis.

5. Mon expérience de la série Fire Emblem est très limitée, l'épisode Awakening fut un très bon contact avec la série. Gameplay adaptable, réalisation du tonnerre, système de génération et de classes incitant à rejouer. Un très bon Tactical RPG !

Une OST de très bon niveau. Le Prelude en est un bon exemple.

4. Phoenix Wright Dual Destinies ou le retour en force d'une de mes séries préférées sur DS. Tout en gardant sa formule et en se simplifiant, ce nouvel épisode s'impose comme un des meilleurs de la saga, grâce à une réalisation tirant parfaitement profit de la 3DS et à une écriture toujours surprenante.

L'OST rappelle bien des souvenirs. Ce nouveau thème illustre les retournements de situation fabuleux que Phoenix arrive à arracher dans les situations les plus désespérées

3. Je n'attendais rien de The Last of Us après l'énorme déception provoquée par Uncharted 3. The Last of Us mérite les louanges quasi unanimes : la réalisation est certes fabuleuse, mais c'est surtout les personnages et l'histoire qui hissent ce jeu au plus haut cette année et de la génération de consoles. Le jeu réserve son lot de scène d'anthologie et une fin volontairement ouverte et ambiguë. Vite la suite ?

J'ai choisi la musique de l'écran-titre, d'une tristesse et d'une nostalgie qui emplissent d'ailleurs l'aventure.

2. Je triche un peu avec Persona 4 Golden, que j'avais commencé en version américaine à la fin de l'année 2012. Mais je ne pouvais pas oublier ce jeu pour sa sortie européenne en 2013, sur une console dont presque tout le monde se contrefout. Le remake brillant d'un des derniers grands J-RPG qui soient sortis.

L'OST de Persona 4 était déjà fabuleuse, et les nouveaux thèmes de Golden ne sont pas en reste, telle le nouveau thème d'introduction.

1. Même s'il est désormais dans l'air du temps de lui cracher dessus (alors que tout le monde l'avait adoré à sa sortie), je persiste et je signe : Bioshock Infinite est LE jeu de l'année, et au niveau du premier épisode d'une série d'hors et déjà dans mes séries cultes. Direction artistique formidable, univers sans concessions et immersif, histoire fabuleuse. Un jeu que j'attendais depuis le fameux trailer de l'E3 2011 et qui ne m'a pas déçu.

Un choix sans doute insolite pour illustrer le jeu, la version Ragtime d'Everybody wants to rule the world, le hit de Tears for Fears. La présence de ce morceau dans l'OST n'est pas anodine pour autant.

2013 fut une très bonne année vidéoludique, et j'ai beaucoup d'attentes pour 2014. L'espérance notamment de pouvoir profiter plus sereinement d'une PS3 où les sorties vont s'espacer, d'une Vita réservant encore plus de bonnes surprises et d'une 3DS encore plus en forme.

Je ne pense pas passer à la nouvelle génération de sitôt mais même sans cela, j'espère une nouvelle année bien remplie.

Lire la suite

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

20 Décembre 2013 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV

J'inaugure la rubrique des Bilans de l'année avec mon ressenti sur la presse jeu vidéo qui a connu des grands changements cette année. Alors que la première moitié d'année laissait présager du pire avec la fin d'IG Magazine en juillet, la fin d'année et l'arrivée de la nouvelle génération de consoles (ce n'est pas une coïncidence) a vu 2 nouveaux magazines apparaître cette année. Constatation générale : l'heure n'est plus au sectarisme PC / consoles, puisque tous les magazines sont désormais oeucuméniques. Même Canard PC a ouvert depuis 2 ans ses pages aux consoles et aux smartphones / tablettes. Petit tour des différents titres que j'ai lus cette année.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

C'est après 4 ans et demi, une vingtaine de numéros et plusieurs hors-série que l'aventure IG Magazine s'est arrêtée. J'ai encore en ma possession tous les numéros (et les hors-séries). Je pense que le magazine a souffert de son manque clair de positionnement en voulant brasser le plus possible : les critiques étaient trop courtes, les interviews des acteurs du jeu vidéo tombaient souvent dans la langue de bois, et les différents dossiers et rétrospectives étaient souvent émaillés d'approximations et restaient trop superficiels. Son prix plus élevé que la moyenne (sur un secteur qui s'est illustrée par une inflation inversement proportionnelle à la qualité et à la quantité de pages) l'a sans doute aussi desservi. L'apparition de la publicité il y a quelques numéros avait déjà montré que le magazine était un peu à la peine.

Reste au final un projet séduisant, un magazine vulgarisateur qui n'a pas su toucher le grand public tout en laissant quelques passionnés déçus.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Video Gamer est né en toute fin d'année 2012 sur les cendres encore fumantes de Mer7. Le magazine s'est positionné du départ à destination du très grand public, un créneau occupé par Jeux Vidéo Magazine, qui n'a pas tardé à revenir après la fin de Mer7, gardant au passage son logo et sa numérotation.

J'ai acheté les 9 premiers numéros de Video Gamer, un magazine à la maquette agréable, peu cher, au ton sympathique ... mais qui marque toute la contradiction du journalisme vidéoludique. Tout en fustigeant le manque d'audace des productions, le magazine n'hésite pas dans le même temps à faire plusieurs couvertures sur les blockbusters de l'année et à faire des dossiers de plusieurs pages sur les moindres infos sur GTA V ou Fifa 14. Les critiques des blockbusters sont extrêmement consensuelles (Tomb Raider a par exemple décroché la note de 20/20). La découpage du magazine correspond au modèle éculé de la presse : news, previews et tests.

Je ne suis sans doute pas (plus) la cible de ce magazine, qui a fêté sa première année. Je leur souhaite le meilleur, mais je me demande si le fait d'être une copie carbone de Jeux Vidéo Magazine (et vice-versa, jusque dans les couvertures) ne risque pas de porter préjudice au titre.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Role Playing Game continue son petit bonhomme de chemin, en dépit des déboires de son éditeur Anime Manga Presse (au point que son magazine emblématique, Animeland, repasse bimestriel). Triste constat de voir ce magazine autrefois brillant (fondé par la 2ème équipe rédactionnelle de Gameplay RPG, le magazine culte fondé par Jay) illustrer à la fois l'agonie de la presse et du J-RPG. Le magazine garde la formule News / Previews / Tests, avec le retard aujourd'hui mortifère face à la réactivité du Net. Le magazine en est réduit à gloser sur les annonces des jeux de plus en plus controversés de Square Enix (éditeur auquel on peut au moins reconnaître le mérite de continuer à faire du RPG et à prendre des risques), tandis que les annonces de J-RPG montrent la confidentialité de plus en plus grande du genre, y compris au Japon. Le magazine essaie cependant de faire des dossiers nostalgiques ou sur l'évolution du genre (avec dans ce numéro un dossier pas inintéressant sur les RPG sur smartphones et tablettes). Signe positif également, le magazine a enfin viré la double page de planning qui ne présentait aucun intérêt.

Reste que 6,95€, même pour un trimestriel, est cher payé pour un magazine d'à peine 80 pages et qui a abandonné tout espoir de remonter la pente.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Retour vers plus d'optimisme avec Canard PC, dont le succès commercial et critique n'a jamais été aussi insolent, alors que le magazine a fêté ses 10 ans. Que le chemin a été long et semé d'embûches, pour un magazine qui aurait pu disparaître au bout de 6 mois ! En fin de compte, il a enterré le colosse Future aux pieds d'argile, après n'avoir eu de cesse de marquer sa différence. Le magazine a acquis une toute nouvelle visibilité, avec une participation désormais régulière d'Ivan Gaudé (directeur de la rédaction) aux émissions du site Arrêt sur Images (un site sur les médias qui marche par abonnement).

Dans le numéro spécial Fêtes, on retrouve des previews enflammées sur Wasteland 2 et Torment, montrant que la passion n'est pas toujours ce prétexte à faire et dire n'importe quoi, mais aussi une partie Console sans concessions qui taille en pièces la next gen et les jeux de lancement (alors que beaucoup d'autres sites sont curieusement très enthousiastes) et la fin attendue de l'histoire mi-sérieuse mi-loufoque du magazine. Enfin, il y a le cahier consacré aux fêtes de Noël, complètement hors-sujet et donc absolument indispensable.

Canard PC a gagné son pari d'être à la fois rigoureux, sans concessions tout en gardant sa bonne humeur, et d'avoir su évoluer avec son temps

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

J'avais déjà dit tout le bien que je pensais du premier numéro de JV, le magazine qui regroupe les anciens de Joystick période Future / Mer7. J'avais d'ailleurs été tellement enthousiaste que je n'avais pas tardé à m'abonner pour 6 mois. Le numéro 2 confirme tout le bien que je pense du magazine. Je retiens notamment le dossier sur le débat du jeu vidéo qui tourne en rond qui livre une analyse vraiment intéressante sur la question, la tribune de Kevin Bitterlin qui défend la linéarité et la rétro sur l'année 93, marquée par la sortie de consoles next gen qui se sont détruites toutes seules, et complètement balayées l'année suivante par la Playstation. Au sujet des critiques, j'ai beaucoup apprécié le fait de voir les différents avis de Battlefield 4, là où beaucoup de sites / journaux se contentent de mettre uniquement le test le plus enthousiaste.

JV montre que l'on peut faire du fond ambitieux sous une forme relativement classique. J'attends maintenant avec impatience le numéro 3 qui sortira en toute fin d'année.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Games est le dernier né à se jeter dans la bataille. Il bénéficie du concours de rédacteurs plutôt connus de la sphère vidéoludique (entre autres Erwan Higuinen et Martin Lefebvre).

Après avoir lu le premier numéro, j'ai des sentiments mitigés.

Le début est étrange (le post mortem de Remember Me, très intéressant est réduit à une seule page), il n'y a pas vraiment de rubriques (aucune différence entre les rubriques "Play" et "Rencontres" qui sont en plus mélangées), le magazine est composé à 90% d'interviews, il y a plein de coquilles (l'encadré sur le jeu the Dark Knight à 2 endroits) et le style un peu bizarre (souvent très sérieux, mais avec des expressions comme "oesf" et "chelou" dans les articles, le top 5 dans l'article Pokémon qui est un véritable Big Lipped Alligator Moment). Curieux de voir 2 dossiers assez ternes sur Ubisoft et la next gen dans un magazine qui se veut différent, surtout que l'éclairage n'est pas forcément différent d'un IG Mag.

D'un autre côté, les interviews sont intéressantes (même si on retrouve toujours les mêmes personnalités du milieu : David Cage, Jenova Chen, Fumito Ueda - qui a apparemment beaucoup de temps libre depuis sa mise au placard-), le fait qu'il n'y ait pas de critiques (enfin une sélection de 5) très appréciable.
Donner la parole aux acteurs du jeu vidéo est louable, mais je doute de la pérennité du magazine, qui ne semble avoir aucun positionnement précis (il n'y a pratiquement aucun article d'analyse).
L'offre d'abonnement de 2 ans, qui donne droit à une version next gen d'AC IV Black Flag (qui est d'ailleurs la seule pub jeu vidéo et mainstream du magazine) me semble un peu présomptueuse. On peut également s'abonner pour un an, mais je pense que proposer une offre à 6 mois aurait été plus judicieux.

2013 a été une année relativement bonne pour la presse vidéoludique. Débarrassée du monopole de Future qui a fini par se cannibaliser, le secteur a donné naissance à de nouvelles pousses, permettant à Canard PC d'être moins seul dans un rayon jeu vidéo menacé de disparition dans les presses. Entre grand public et public de connaisseurs de plus en plus exigeants, la presse jeu vidéo a entamé une mutation fascinante, et espérons le, viable.

Lire la suite

JV Le Mag : j'y vais !

4 Novembre 2013 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV

JV Le Mag : j'y vais !

Lancer un nouveau magazine papier sur les jeux vidéos en 2013. Un oxymore ? Après l'écroulement définitif de la nébuleuse Yellow Media après la liquidation de Mer7, et la fin d'IGMag, les titres se comptent sur les doigts d'une main : Canard PC à la santé insolente, Role Playing Game sous assistance respiratoire depuis plusieurs années (d'autant que leur éditeur va très mal), le reboot de Jeux Vidéo Magazine et Video Gamer (dans une optique très grand public). JV le Mag est le projet d'anciens membres du Joystick époque Future / Yellow / Mer7, qui s'étaient plus ou moins retrouvés sur le site ZQSD.fr.

Leur projet ? Un magazine de jeux vidéos pour les trentenaires, de "gamers pour les gamers", une optique assez proche de celle du podcast Gamerside, mais dans une perspective professionnelle.

Dont acte avec ce premier numéro, qui je l'espère en appelle beaucoup d'autres.

Je me suis donc empressé d'acheter le premier numéro de JV et de le lire dans la foulée. Impressions très positives. C'est très différent de ce qu'on a l'habitude de lire dans le domaine, avec beaucoup d'érudition (mais sans être pédant), un ton libre (d'ailleurs il n'y a pratiquement aucune pub de jeu vidéo, presque uniquement pour du matos PC et des DVD) et des critiques de jeux (pas de note donc). Je retiens notamment le test de Beyond Two Souls (qui démonte le jeu mais objectivement), l'article sur la genèse de GTA (du point de vue de Dave Jones, le co-créateur du jeu évincé par les frères Houser) et le délire sur Mystic Créateurs ! On retrouve donc un propos rigoureux, mais n'empêchant pas les délires. Un propos pointu, sans être pédant, ne prenant pas les lecteurs pour des débiles profonds.

En bref, une lecture mensuelle supplémentaire pour moi avec les 2 numéros bimensuels de Canard PC.

Lire la suite

Lone Survivor Director's Cut est dispo !

25 Septembre 2013 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV

Ce n'est pas mon genre de faire des news jeux vidéo, il existe des sites pour ça (et même certains qui le font "autrement"). Mais je ne pouvais pas passer outre la sortie hier sur Vita et PS3 (en cross-buy) de Lone Survivor Director's Cut.

Lone Survivor est à l'origine un jeu sorti sur PC en 2012, un survival en 2D fortement inspiré de Silent Hill 2 (on fait pire comme modèle), créé par Jasper Byrne. Il est également à l'origine de l'OST du jeu, influencée par le travail d'Akira Yamaoka sur la série culte (l'OST est écoutable ici)

"Vous" vous réveillez dans votre appartement. Le monde semble avoir été détruit par une épidémie, dont vous êtes le "seul survivant". L'immeuble où vous habitez est délabré, et uniquement fréquenté par d'inquiétants humanoïdes sans visages. Vous devez vous nourrir, garder votre santé physique et mentale, et percer les mystères de ces rencontres surréalistes avec des personnages qui semblent inconscients du chaos alentour.

ça coûte 12,99€ et si vous n'êtes pas encore intrigué, je vous invite à visionner le trailer de lancement.

Lire la suite