Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Grant Morrison présente Batman 2 : Batman RIP

25 Septembre 2013 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics

Grant Morrison présente Batman 2 : Batman RIP

Ce tome, un peu moins fourni que le premier, propose l'intégralité de Batman RIP. Dans cette longue saga, Morrison, aidé de Tony Daniel au dessin (et qui officie actuellement sur Detective Comics avec la double casquette dessinateur / scénariste) relate les plans démoniaques du Gant Noir pour briser psychologiquement le Chevalier Noir. Si l'idée de détruire physiquement et mentalement Batman a déjà été utilisée (comme par exemple dans Knightfall, qu'Urban a commencé à éditer en français pour la première fois), le traitement du thème par Morrison fait toute la différence.

Grant Morrison a en effet choisi de puiser dans une période rayée de la continuité pour tisser sa trame. Dans les années 50-60, Batman a en effet vécu des aventures très bizarres. Ses ennemis jurés, tel le Joker, sont devenus inoffensifs (sous l'influence de la série télévisée avec Adam West), tandis que la majorité des antagonistes de Batman sont des extraterrestres bariolés. Les histoires, plus farfelues les unes que les autres, se terminent en un épisode. A la fin des années 60, Batman redevient le justicier sombre qu'il était au départ, les personnages secondaires les plus pittoresques (Ace le Bat-Chien, Batwoman, Bat-Mite) sont remisés au placard et les super-vilains redeviennent des criminels sanguinaires. En 1985, Crisis on Infinite Earths efface de la continuité la période "psychédélique" de Batman.

Le scénariste réintroduit dans la continuité cette période gênante (depuis réhabilitée dans la très bonne série Batman et l'Alliance des Héros) en lui donnant une explication sinistre : afin de percer la psyché du Joker, Batman s'est fait enfermer dans un caisson d'isolation sensorielle. Les costumes bariolés ? Les extraterrestres grotesques ? Des hallucinations ! Seulement, le docteur Hurt, qui supervisait l'isolement de Batman, s'avère être le chef du Gant Noir, et est derrière les évènements de l'Ile de Mr Mayhew et l'irruption des "3 Fantômes" (dont un des membres sème la pagaille au commissariat de Gotham). Il attend de faire chuter Batman grâce à des mots-clés qui peuvent briser sa psyché ... Seulement, Batman a prévu lui-même des garde-fous en cas d'attaque psychologique : Bat-Mite, le fan de la 5ème Dimension, devient la conscience d'un Batman en pleine hallucination, tandis que le Batman de Zur-en-arrh est devenu une identité de repli si Batman oubliait qu'il était Bruce Wayne.

La "super-préparation" de Batman est au coeur de la caractérisation du personnage par Morrison : Batman a prévu des plans pour toute mésaventure qui pourrait lui arriver : assaut psychologique, tentative d'empoisonnement, enterré vivant à six pieds sous terre. Plus que ses talents physiques ou ses gadgets, ce sont ses talents de stratège qui permettront à Batman de survivre aux assauts du Gant Noir ... ou pas. L'aide apportée par ses alliés ne sera également pas de trop, face aux séides du Club des Vilains (la réponse au Club des Héros réapparu dans l'île de Mr Mayhew), aux puissants de ce monde qui parient sur la chute de Batman ... ainsi que le retour du Joker, plus effrayant que jamais. Même si tous les autres ennemis traditionnels de Batman sont aux abonnés absents, l'auteur ne pouvait pas faire l'impasse sur la némésis du héros.

L'édition d'Urban est encore une fois irréprochable, fournissant de précieuses informations sur les éléments les plus obscurs de l'histoire et proposant, outre les épisodes de Batman, un prologue issu de 52 (un titre hebdomadaire racontant en temps réel l'année durant laquelle les 3 "Grands" de DC s'étaient retirés) où on voit la retraite spirituelle de Batman et un prélude à Batman RIP, tiré de DC Universe 0, où Batman s'enquiert auprès du Joker au sujet du Gant Noir.

Qui d'autre que Morrison pouvait avec brio faire accepter que tout ce qui est arrivé à Batman depuis la création du personnage lui est vraiment arrivé ? Qui mieux que lui pouvait camper des méchants aussi théatraux et caricaturaux qu'effrayants ? Je ne vois pas.

Une lecture vraiment pas accessible, mais essentielle pour ceux qui s'intéressent à Batman, surtout que même après le reboot, tous ses apports au foisonnant univers de la Chauve-Souris sont demeurés.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article