Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Grant Morrison présente Batman 1 : L'héritage maudit

24 Septembre 2013 , Rédigé par Samizo Kouhei

Grant Morrison présente Batman 1 : L'héritage maudit

Dès ses débuts, Urban a créé un label Signatures pour accueillir les rééditions de runs mémorables de l'histoire de DC Comics. Après avoir inauguré le label par le premier tome (sur 8) du Green Lantern de Geoff Johns, Urban a décidé d'appliquer le même traitement pour le Batman de Grant Morrison, qui a oeuvré sur plusieurs séries autour du Chevalier Noir et ce depuis 2005. 8 tomes sont prévus, reprenant des épisodes qui avaient fait les beaux jours de Panini dans leur version française, permettant ainsi au mastodonte éditorial italien d'asseoir davantage Batman (et par extension DC) dans le paysage éditorial des comics traduits en français. Pour autant, le changement d'éditeur français a été regretté par peu de monde. Une seule donnée permet de faire définitivement pencher la balance pour Urban qui propose 272 pages pour 22€ dans une édition aux petits oignons. On est très loin des tarifs prohibitifs de Panini ...

Ce premier album est composé de 3 arcs et d'un épisode en prose, permettant à Grant Morrison de réintroduire dans la continuité des bizarreries issues de l'Âge d'argent, et que DC Comics avait fait passer à la trappe à l'initiative de Crisis on Infinite Earths. Pour autant, le scénariste écossais donne des péripéties farfelues de Batman durant cette période un éclairage bien plus sinistre et moderne, qui culminera dans Batman RIP (qui fera l'objet du tome 2 de Grant Morrison présente ...).

Pas de faux suspens, Grant Morrison livre ici un travail de légende, appuyé par des dessinateurs de haute, voire de très haute volée. Voyons ce chef d'oeuvre point par point :

Batman et fils : Le premier arc réintroduit dans la continuité le fils de Batman (idée audacieuse vite balayée) et s'inspire fortement du Batman des années 70 (de l'immense Neal Adams). Morrison se débarrasse des ennemis traditionnels de Batman (le Joker est grièvement blessé au début du premier épisode tandis que les autres sont à Arkham ou absents de la ville) pour camper sa propre ambiance déjantée.

Les 3 Fantômes : Batman confronté à 3 "doublures", chargées de le remplacer et qui ont pèté les plombs : le premier apparaît dès le premier arc (c'est lui qui tire sur le Joker) tandis que Batman a fort à faire avec un émule dépravé de Bane. Le 3ème faux Batman est battu dans un futur lointain où ce n'est plus Bruce Wayne qui est sous la cagoule de Batman. Morrison sème déjà des graines qui écloront plus tard (les origines des "doublures", Batman en tant que titre transmissible)

L'île de Mr Mayhew : Publié en son temps uniquement dans un album de 72 pages pour 15 € par Panini. Cet arc remet Batman en contact avec le Club des Héros (alias les Batmen du monde entier, concept farfelu dans des années 50 et qui à l'instar des excentricités des années 50 est enterré dès la fin de l'épisode introductif). Batman, Robin et le club des héros sont conviés au manoir de Mr Mayhew, un milliardaire excentrique qui voulait financer ces Batmen bariolés. Le fait que ce manoir soit sur une île complètement coupée du monde aurait dû mettre la puce à l'oreille des invités ... Et cela ne rate pas : cette rencontre va tourner au vinaigre quand les héros sont assassinés les uns après les autres. Entre survie et recherche du coupable, c'est à un véritable pastiche des Dix Petits Nègres (mais avec des héros costumés) qu'est confrontré Batman. A noter sur cet arc le dessin sublime et protéiforme de JH Williams III. Le dessinateur a poussé le vice jusqu'à représenter chaque membre du club par un style différent, pastichant d'illustres confrères.

Et pour ne rien gâcher, ce volume se termine sur un épisode entièrement en prose où le Joker se "réinvente". Les allusions à the Killing Joke axent d'emblée le Clown du crime sur un registre particulièrement sinistre.

Des débuts en fanfare de la part du scénariste qui célèbre à sa façon l'un des personnages les plus emblématiques de la firme.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article