Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Moon Knight 1

12 Janvier 2015 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Comics, #Panini, #Marvel, #Moon Knight

Moon Knight 1

Lors de mes 2 articles de présentation de Moon Knight, j'ai insisté sur le fait que Marvel a toujours essayé d'appuyer ce personnage au fort potentiel. Ils ont peut-être trouvé la solution avec un nouveau concept éditorial : des runs limités (comme des mini-séries, sauf que le nombre de numéros n'est pas déterminé à l'avance) permettant à des équipes artistiques de livrer leur vision du personnage.

Les premiers à s'y atteler sont Warren Ellis (un scénariste anglais culte, de la trempe des Alan Moore et Grant Morrison, même si je le trouve inégal) et Declan Shalvey. Ils livrent ensemble 6 épisodes, avant de laisser leur place à une nouvelle équipe comme il était prévu.

Ces nouveaux épisodes ne font pas table rase des incarnations précédentes (la fameuse phrase "je veux qu'ils me voient venir" revient à plusieurs reprises, et les péripéties du héros sur la côte ouest sont référencées) mais livrent une nouvelle vision de la folie du personnage.

Plus question de troubles de la personnalité, Marc Spector a bien été ressuscité par Khonshu, et sa folie n'a pas d'explication médicale : ses "personnalités" sont une explication rationnelle à sa possession par son dieu tutélaire !

Moon Knight apparaît sous l'apparence très civile de Monsieur Knight (dont la seule concession au costume super-héroïque est une cagoule), qui offre son aide à la police dans des affaires étranges. A l'occasion, il revêt une tenue plus "classique" (pour un comic de super-héros s'entend) ou des artefacts glanés de l'Egypte antique. Moon Knight s'est "reconverti" en protecteur des voyageurs nocturnes (au sens propre comme au figuré). Ses aventures le voient donc croiser des mercenaires en rupture de ban, des menaces surnaturelles, des truands et des flics qui tournent mal.

Graphiquement, c'est du grand art, et l'histoire gagne énormément par la concision des intrigues. Les 6 épisodes sont indépendants les uns des autres. Il y avait matière à lancer des arcs extrêmement décompressés (à la Bendis) mais il n'en est rien. La lecture des unitaires n'est en aucun cas frustrante, même si on aurait aimé en lire plus. Le ton est complètement décalé, avec un héros en quête de pardon mais qui n'hésite pas à assumer sa violence et sa conception parfois expéditive des problèmes.

Une lecture extraordinaire, que je conseille à tous. Inutile de connaître le personnage ou de lire le reste des titres Marvel, c'est un titre autosuffisant ... et plus que satisfaisant !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article