Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Bilan vidéoludique estival

30 Août 2014 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Critiques de jeu

L'été n'est jamais une grosse saison en termes de sorties. J'en ai profité pour faire quelques jeux plus anciens, que j'ai eu à prix réduits. Paradoxalement, j'ai assez peu joué sur consoles portables. Je n'ai pas allumé ma 3DS depuis la mi-juillet (et encore c'était pour jouer à un jeu DS Dragon Quest VI) et si j'ai beaucoup plus joué à la Vita, je n'ai fini aucun jeu sur la console et j'ai alterné entre plusieurs jeux : One Piece Unlimited World Red, Rogue Legacy, Mind Zero et Steamworld Dig.

Voici mes avis express sur les jeux PS3 que j'ai finis.

Bilan vidéoludique estival

Ce n'est pas le fiasco que j'attendais, mais si c'est l'idée que se fait Cage des jeux vidéos et du cinéma, il devrait changer de branche. Une série B de science-fiction vaguement interactive, bourrée de clichés et des gimmicks grossiers du créateur (la scène de cul facultative, la scène de douche). Un fourre-tout assez indigeste, avec de la science-fiction donc, de l'espionnage, de l'occultisme. Et comme j'ai pu le lire sur les réseaux sociaux, c'est vraiment une adaptation vidéoludique de Martine.
Mais d'un point de vue technique, c'est vraiment très impressionnant et il y a quand même quelques bons passages.

Bilan vidéoludique estival

Dernier épisode fini ! Un très bon dernier chapitre, qui rattrape la brièveté du 4ème et le surplace des 2 précédents épisodes. On y retrouve de l'action et des dialogues bien écrits. Comme quoi il n'y a pas besoin de péter plus haut que son cul et de milliers de polygones pour faire un bon récit interactif. En plus la fin laisse présager une éventuelle suite.
Et sinon, je ne peux que vous encourager, comme l'écran post-générique, à lire le comic book !

Bilan vidéoludique estival

J'ai pris mon temps pour le faire (étalé sur 3 mois entrecoupé de vacances et d'autres jeux). Je n'ai jamais été un grand fan de la série, et ma conversion aux mondes ouverts s'est faite sur Red Dead Redemption. Ce qui frappe, ce n'est pas forcément la réalisation (même si le passage en temps réel du jour à la nuit et de la luminosité est excellent, et il n'y a pas de gros bugs ni de ralentissements dans ce monde immense) mais la cohérence de l'univers, la psychologie de ses personnages et les dialogues qui tapent juste (grossiers et satiriques, mais pas de la provoc' bas-du-front). Un jeu qui m'aura bien plus convaincu par son écriture que pour son gameplay (qui est cependant bien rôdé).

Bilan vidéoludique estival

Avant toute chose je n'ai jamais fait les 2 premiers, mais je les connaissais de réputation comme des TPS ayant introduit le Bullet Time dans les jeux vidéos et des jeux avec une ambiance noire et gothique, parfois à la limite du fantastique. Rockstar récupère complètement la licence avec ce 3ème épisode (les 2 premiers ont été développés par Remedy) et jette Max en plein chaos urbain au Brésil. Les gunfights sont efficaces, violents, la durée de vie est exceptionnelle pour un jeu du genre (une quinzaine d'heures), l'immersion est parfaite (du portugais brésilien dans la bouche des PNJ et presque dans toutes les cutscenes, ce qui permet d'apprendre quelques insultes ! ) et la réalisation en jette. Reste l'incohérence d'un type bedonnant, accro aux antalgiques et alcoolique, qui massacre à lui tout seul un gang de favelas et des unités paramilitaires brésiliennes (réputées pour leur équipement et leur maîtrise des situations critiques qui font passer le SWAT et le GIGN pour des gosses jouant à la guéguerre).

Bilan vidéoludique estival

J'ai fait toutes les campagnes du jeu tant décrié. C'est un jeu qui fait le grand écart permanent : un écrin de jeu triple A (parce que c'est quand même très beau, bien animé et ça ne rame pas du tout) avec des problèmes techniques inadmissibles aujourd'hui (une caméra en freestyle), une histoire très développée mais qui multiplie les moments grotesques (à croire que le jeu s'inspire désormais plus des films d'Anderson que l'inverse), la recherche stérile du spectaculaire (phases en véhicules OSEF, QTE trop nombreux). Mais à côté de ça, un jeu très généreux en contenu, avec de réels (très) bons moments (au premier comme au second degré) et des idées géniales (les ennemis qui évoluent en temps réel pour contrer le joueur). Les 3 campagnes sont inégales, où le meilleur (celle de Léon qui invoque les souvenirs des épisodes précédents : manoir hanté, scènes d'apocalypse zombie en pleine ville) côtoie le pire (la campagne de Chris, un sous-Gears of War avec un système de cover minable et un manque drastique de munitions). Si le jeu fait la part belle à l'action, il reste quelques passages pleins flippants (toutes les campagnes ont droit à leur passage avec le Rasklapanje, un monstre très perturbant et invulnérable).
Un pot-pourri généreux, parfois indigeste, mais qui reste attachant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article