Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Tomb Raider : A survivor is born

16 Juin 2014 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Critiques de jeu

J'avoue que je suis passé à côté du phénomène Tomb Raider. A sa sortie, je n'avais pas encore la Playstation, et j'ai découvert le jeu par un CD de démo. On m'a passé les différents jeux, mais ils ne m'ont pas vraiment marqué, à une époque où je ne jouais pratiquement qu'aux RPG sur la console de Sony.

J'ai suivi du coin de l'oeil le reboot, et je viens de le faire, "après la bataille", par le biais du PS Plus.

Passage à la PS3 et de la licence dans le giron de Square Enix, Uncharted qui est passé par là, Tomb Raider avait tout à prouver en 2013.

Le jeu propose d'incarner une Lara Croft d'une vingtaine d'années, encore étudiante, loin de la machine à tuer sûre d'elle et ultra sexuée de la série mère. Lara Croft, accompagnée d'amis de fac a embarqué sur le cargo L'Endurance pour trouver le mythique royaume de Yamatai de la reine Himiko, première souveraine légendaire à avoir unifié le Japon.

Mais l'Endurance est pris dans une tempête monstrueuse. Lara échoue sur une île, grièvement blessée. Bien qu'elle renoue assez vite le contact avec les autres naufragés, elle se rend compte que l'île recèle bien des mystères.

Au risque de faire grincer des dents, Crystal Dynamics a fait le choix d'abandonner le style aventure / exploration mâtiné d'énigmes et de gunfights de la série pour une approche beaucoup plus proche de celle d'Uncharted : un jeu d'action avec quelques phases d'exploration et des énigmes simplissimes. Je trouve que ce Tomb Raider est bien meilleur que le dernier Uncharted en date : le jeu est beaucoup plus long (une quinzaine d'heures), les gunfights ne sont pas à rallonge. Au niveau de la réalisation, c'est du très bon niveau, et la mise en scène est spectaculaire.

L'aspect survie ne tient pas vraiment ses promesses, car en dépit de ses multiples blessures, Lara reste la très grande majorité du temps très opérationnelle. La chasse est très accessoire. Et là se trouve la seule véritable faiblesse du jeu : c'est très spectaculaire, mais très scripté, avec quelques QTE poussifs, et ce dès le début du jeu. L'histoire est cousue de fil blanc, avec une ségrégation entre les événements et le jeu (Lara se sent mal après avoir dépecé son premier animal et tué son premier homme, mais n'a plus trop d'objection par la suite de tuer des hommes de main par centaines) et des personnages inintéressants et caricaturaux. De même l'île ne tient pas vraiment toutes ses promesses, car on lorgne clairement du côté de Lost. Le background sans réelles surprises est enrichie par les nombreux journaux de bord à ramasser.

Tomb Raider est à mon avis un très bon jeu, mais je peux comprendre les griefs envers un jeu trop modernisé, qui lorgne beaucoup plus du côté d'Uncharted que de la saga originelle au long cours.

Tomb Raider : A survivor is born

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article