Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

Professeur Layton Vs Ace Attorney : Objection énigmatique

30 Avril 2014 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Critiques de jeu

Professeur Layton Vs Ace Attorney : Objection énigmatique

Dans la série crossovers improbables, je demande Professeur Layton vs Ace Attorney. La rencontre entre 2 licences phares depuis la DS promettait beaucoup de choses. Parfaitement adaptés au format portable pour la réalisation et le gameplay, ces 2 licences méritaient de se rencontrer un jour. Une rencontre qui tourne un peu au vinaigre, malheureusement.

Le Professeur Layton et son élève Luke sont amenés à venir en aide à Aria, une jeune fille qui semble poursuivie par des forces occultes. Les 2 personnages sont projetés dans un livre que détient Aria ... Presque au même moment, Phoenix et son assistante Maya arrivent à Londres pour un colloque international sur la justice. Ils sont amenés à défendre à la barre une jeune fille amnésique ... Aria ! Bientôt projetés à leur tour dans le livre, les 4 personnages, qui ne tardent pas à se rencontrer, découvrent Labyrinthia, une cité médiévale où les procès en sorcellerie sont monnaie courante, avec comme issue pour les accusées la mort sur le bûcher.

Professeur Layton Vs Ace Attorney : Objection énigmatique

Les 2 gameplays inhérents aux licences sont présents : le professeur Layton tente de découvrir les mystères de Labyrinthia en résolvant des énigmes (bien mieux intégrées dans l'intrigue que dans les autres épisodes où elles servent souvent de prétexte) tandis que Phoenix défend ses clients lors de procès, pointant du doigt (littéralement) les contradictions et présentant des preuves irréfutables. Hélas, en dépit de quelques chassés croisés entre les 2 univers et de petites innovations dans les procès (les dépositions et interrogatoires de témoins simultanés), on a malheureusement l'impression d'être face à des mécaniques de jeu particulièrement allégées. Si le volet Layton est relativement épargné (malgré des énigmes moins difficiles et moins nombreuses que dans la série canonique), la partie Ace Attorney est particulièrement faible, avec des procès qui manquent de la tension de la série principale : on a beaucoup de mal à ressentir les enjeux.

Professeur Layton Vs Ace Attorney : Objection énigmatique

Ce gameplay sans risques, cloisonné, dessert un jeu qui n'est pas exempt de qualités. L'histoire est plutôt sympathique, mais tire bien plus du côté de Layton que d'Ace Attorney dans son traitement et ses thématiques (une cité mystérieuse, des éléments surnaturels qui ne le sont peut être pas). Elle réserve quelques surprises, mais implique bien plus à mon avis le duo de chercheurs d'énigmes que la doublette judiciaire.

Le professeur Layton a le beau rôle, à l'aise dans sa partie mais également dans les procès, où il apporte une aide précieuse. Le pauvre Phoenix, par contre, est encore plus le dindon de la farce que dans sa série (tout du moins la première trilogie), et est souvent ridiculisé lors des procès.

La réalisation est très réussie, avec beaucoup de passages doublés en français (même s'il y a peu de doubleurs), des cinématiques animées de très bonne qualité, ainsi que des graphismes chatoyants (même si les chara designs ne sont pas uniformisés) et une bande-son mélangeant avec brio (cette fois) thèmes de Layton et de Phoenix Wright (les thèmes classiques sont réorchestrés à la façon Layton).

La durée de vie est également correcte, une vingtaine d'heures en ligne droite, soit la durée moyenne d'un Layton (et un peu moins qu'un Ace Attorney) malgré quelques rallongements artificiels.

Professeur Layton Vs Ace Attorney : Objection énigmatique

Layton vs Ace Attorney n'est pas un mauvais jeu, mais c'est une déception par rapport aux attentes suscitées. Les fans de Layton s'y retrouveront globalement, mais ceux qui ne jurent que par Phoenix seront déçus par des procès poussifs et un héros relégué au rang de faire-valoir. Choisissez votre camp !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article