Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
chroniques-du-leviathan.over-blog.com

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

20 Décembre 2013 , Rédigé par Samizo Kouhei Publié dans #Actu JV

J'inaugure la rubrique des Bilans de l'année avec mon ressenti sur la presse jeu vidéo qui a connu des grands changements cette année. Alors que la première moitié d'année laissait présager du pire avec la fin d'IG Magazine en juillet, la fin d'année et l'arrivée de la nouvelle génération de consoles (ce n'est pas une coïncidence) a vu 2 nouveaux magazines apparaître cette année. Constatation générale : l'heure n'est plus au sectarisme PC / consoles, puisque tous les magazines sont désormais oeucuméniques. Même Canard PC a ouvert depuis 2 ans ses pages aux consoles et aux smartphones / tablettes. Petit tour des différents titres que j'ai lus cette année.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

C'est après 4 ans et demi, une vingtaine de numéros et plusieurs hors-série que l'aventure IG Magazine s'est arrêtée. J'ai encore en ma possession tous les numéros (et les hors-séries). Je pense que le magazine a souffert de son manque clair de positionnement en voulant brasser le plus possible : les critiques étaient trop courtes, les interviews des acteurs du jeu vidéo tombaient souvent dans la langue de bois, et les différents dossiers et rétrospectives étaient souvent émaillés d'approximations et restaient trop superficiels. Son prix plus élevé que la moyenne (sur un secteur qui s'est illustrée par une inflation inversement proportionnelle à la qualité et à la quantité de pages) l'a sans doute aussi desservi. L'apparition de la publicité il y a quelques numéros avait déjà montré que le magazine était un peu à la peine.

Reste au final un projet séduisant, un magazine vulgarisateur qui n'a pas su toucher le grand public tout en laissant quelques passionnés déçus.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Video Gamer est né en toute fin d'année 2012 sur les cendres encore fumantes de Mer7. Le magazine s'est positionné du départ à destination du très grand public, un créneau occupé par Jeux Vidéo Magazine, qui n'a pas tardé à revenir après la fin de Mer7, gardant au passage son logo et sa numérotation.

J'ai acheté les 9 premiers numéros de Video Gamer, un magazine à la maquette agréable, peu cher, au ton sympathique ... mais qui marque toute la contradiction du journalisme vidéoludique. Tout en fustigeant le manque d'audace des productions, le magazine n'hésite pas dans le même temps à faire plusieurs couvertures sur les blockbusters de l'année et à faire des dossiers de plusieurs pages sur les moindres infos sur GTA V ou Fifa 14. Les critiques des blockbusters sont extrêmement consensuelles (Tomb Raider a par exemple décroché la note de 20/20). La découpage du magazine correspond au modèle éculé de la presse : news, previews et tests.

Je ne suis sans doute pas (plus) la cible de ce magazine, qui a fêté sa première année. Je leur souhaite le meilleur, mais je me demande si le fait d'être une copie carbone de Jeux Vidéo Magazine (et vice-versa, jusque dans les couvertures) ne risque pas de porter préjudice au titre.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Role Playing Game continue son petit bonhomme de chemin, en dépit des déboires de son éditeur Anime Manga Presse (au point que son magazine emblématique, Animeland, repasse bimestriel). Triste constat de voir ce magazine autrefois brillant (fondé par la 2ème équipe rédactionnelle de Gameplay RPG, le magazine culte fondé par Jay) illustrer à la fois l'agonie de la presse et du J-RPG. Le magazine garde la formule News / Previews / Tests, avec le retard aujourd'hui mortifère face à la réactivité du Net. Le magazine en est réduit à gloser sur les annonces des jeux de plus en plus controversés de Square Enix (éditeur auquel on peut au moins reconnaître le mérite de continuer à faire du RPG et à prendre des risques), tandis que les annonces de J-RPG montrent la confidentialité de plus en plus grande du genre, y compris au Japon. Le magazine essaie cependant de faire des dossiers nostalgiques ou sur l'évolution du genre (avec dans ce numéro un dossier pas inintéressant sur les RPG sur smartphones et tablettes). Signe positif également, le magazine a enfin viré la double page de planning qui ne présentait aucun intérêt.

Reste que 6,95€, même pour un trimestriel, est cher payé pour un magazine d'à peine 80 pages et qui a abandonné tout espoir de remonter la pente.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Retour vers plus d'optimisme avec Canard PC, dont le succès commercial et critique n'a jamais été aussi insolent, alors que le magazine a fêté ses 10 ans. Que le chemin a été long et semé d'embûches, pour un magazine qui aurait pu disparaître au bout de 6 mois ! En fin de compte, il a enterré le colosse Future aux pieds d'argile, après n'avoir eu de cesse de marquer sa différence. Le magazine a acquis une toute nouvelle visibilité, avec une participation désormais régulière d'Ivan Gaudé (directeur de la rédaction) aux émissions du site Arrêt sur Images (un site sur les médias qui marche par abonnement).

Dans le numéro spécial Fêtes, on retrouve des previews enflammées sur Wasteland 2 et Torment, montrant que la passion n'est pas toujours ce prétexte à faire et dire n'importe quoi, mais aussi une partie Console sans concessions qui taille en pièces la next gen et les jeux de lancement (alors que beaucoup d'autres sites sont curieusement très enthousiastes) et la fin attendue de l'histoire mi-sérieuse mi-loufoque du magazine. Enfin, il y a le cahier consacré aux fêtes de Noël, complètement hors-sujet et donc absolument indispensable.

Canard PC a gagné son pari d'être à la fois rigoureux, sans concessions tout en gardant sa bonne humeur, et d'avoir su évoluer avec son temps

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

J'avais déjà dit tout le bien que je pensais du premier numéro de JV, le magazine qui regroupe les anciens de Joystick période Future / Mer7. J'avais d'ailleurs été tellement enthousiaste que je n'avais pas tardé à m'abonner pour 6 mois. Le numéro 2 confirme tout le bien que je pense du magazine. Je retiens notamment le dossier sur le débat du jeu vidéo qui tourne en rond qui livre une analyse vraiment intéressante sur la question, la tribune de Kevin Bitterlin qui défend la linéarité et la rétro sur l'année 93, marquée par la sortie de consoles next gen qui se sont détruites toutes seules, et complètement balayées l'année suivante par la Playstation. Au sujet des critiques, j'ai beaucoup apprécié le fait de voir les différents avis de Battlefield 4, là où beaucoup de sites / journaux se contentent de mettre uniquement le test le plus enthousiaste.

JV montre que l'on peut faire du fond ambitieux sous une forme relativement classique. J'attends maintenant avec impatience le numéro 3 qui sortira en toute fin d'année.

[Bilan 2013] Renouveau ou feu de paille pour la presse JV ?

Games est le dernier né à se jeter dans la bataille. Il bénéficie du concours de rédacteurs plutôt connus de la sphère vidéoludique (entre autres Erwan Higuinen et Martin Lefebvre).

Après avoir lu le premier numéro, j'ai des sentiments mitigés.

Le début est étrange (le post mortem de Remember Me, très intéressant est réduit à une seule page), il n'y a pas vraiment de rubriques (aucune différence entre les rubriques "Play" et "Rencontres" qui sont en plus mélangées), le magazine est composé à 90% d'interviews, il y a plein de coquilles (l'encadré sur le jeu the Dark Knight à 2 endroits) et le style un peu bizarre (souvent très sérieux, mais avec des expressions comme "oesf" et "chelou" dans les articles, le top 5 dans l'article Pokémon qui est un véritable Big Lipped Alligator Moment). Curieux de voir 2 dossiers assez ternes sur Ubisoft et la next gen dans un magazine qui se veut différent, surtout que l'éclairage n'est pas forcément différent d'un IG Mag.

D'un autre côté, les interviews sont intéressantes (même si on retrouve toujours les mêmes personnalités du milieu : David Cage, Jenova Chen, Fumito Ueda - qui a apparemment beaucoup de temps libre depuis sa mise au placard-), le fait qu'il n'y ait pas de critiques (enfin une sélection de 5) très appréciable.
Donner la parole aux acteurs du jeu vidéo est louable, mais je doute de la pérennité du magazine, qui ne semble avoir aucun positionnement précis (il n'y a pratiquement aucun article d'analyse).
L'offre d'abonnement de 2 ans, qui donne droit à une version next gen d'AC IV Black Flag (qui est d'ailleurs la seule pub jeu vidéo et mainstream du magazine) me semble un peu présomptueuse. On peut également s'abonner pour un an, mais je pense que proposer une offre à 6 mois aurait été plus judicieux.

2013 a été une année relativement bonne pour la presse vidéoludique. Débarrassée du monopole de Future qui a fini par se cannibaliser, le secteur a donné naissance à de nouvelles pousses, permettant à Canard PC d'être moins seul dans un rayon jeu vidéo menacé de disparition dans les presses. Entre grand public et public de connaisseurs de plus en plus exigeants, la presse jeu vidéo a entamé une mutation fascinante, et espérons le, viable.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article